Tant qu’on rêve encore de Chris Killen

 

 

 

À 20 ans, on largue son copain parce qu’il n’a pas bonne haleine, on transforme un chagrin d’amour en succès littéraire, on se rêve musicien célèbre et on prend le large sur un coup de tête.
Ian, Paul et Lauren n’ont pas fait d’exception.
Une décennie plus tard, le temps a fait son œuvre et les espoirs les plus fous ont laissé place à La vraie vie.
Aujourd’hui, Paul cherche désespérément l’inspiration pour un deuxième roman dans les bras d’une de ses étudiantes pendant que Ian, désabusé par une carrière qui ne décolle pas, prend ses quartiers dans le cagibi de sa jumelle.
Quant à Lauren, après une virée de l’autre côté du globe, la voici de retour dans sa ville natale, où elle partage son temps entre un boulot sans intérêt et des soirées en solo.
Jusqu’au jour où la découverte d’une vieille correspondance la met face à cette question : que sont donc devenus mes rêves et ces gens qui jadis étaient mes amis ?

                 

  • Tant qu’on rêve encore de Chris Killen Machine-à-écrire-500
  • Parution en avril 2016
  • Editions Fleuve
  • 352 pages

 

 

 

Avis de Marine

Les Éditions Fleuve nous gâtent de plus en plus en publiant des romans aux couvertures superbes et aux résumés attrayants. Malheureusement, il arrive que le contenu ne soit pas à la hauteur. Et ça a été le cas pour cette lecture. Bien entendu, ce n’est qu’une question de point de vue. Ma critique n’engage donc que moi.

Si j’en crois le résumé, Tant qu’on rêve encore c’est l’histoire de trois amis qui se sont perdus de vus après la fac. Dix années ont passé et la réalité a détrôné les rêves.

Lors de ma lecture, je n’ai pas eu le même aperçu.

2004 –

Tout commence par Lauren qui dresse une liste des pours et des contres pour savoir si elle doit persister à faire vivre le couple qu’elle forme avec Paul. Manque de bol ou fait exprès, Paul va trouver bien en vue sur la table du salon la fameuse liste, ce qui va marquer la fin du couple.
Après une halte de quelques temps chez sa richissime mais exaspérante mère, Lauren décide de suivre une amie qui n’est en fait qu’une copine voire une connaissance pour une année au Canada.

2014-

Ian, musicien raté, débarque d’on ne sait où pour aller habiter chez sa sœur jumelle avec qui il n’est pas du tout proche. Sans un sous, sans emploi, le moral à zéro, il va se retrouver à travailler dans un centre d’appel où le copain de sa sœur, Martin, est patron.
Il mène une vie aussi trépidante que celle d’un poisson rouge mais ce n’est que mon avis.

2014-

Paul est prof à l’université. Trentenaire dégarni, il vit en couple avec Sarah et fantasme sur une de ses élèves. Écrivain d’un jour, il recherche l’inspiration, enfin c’est ce qu’il tente de faire croire, pour un second roman.
Persuadé d’être atteint d’un cancer à cause d’une boule dans la bouche, il traîne sa carcasse de raté au fil des pages.

– – – – – – – – – – –

Mélangez tout ça, ajoutez-y quelques mails datant de 2004, échangés entre Lauren et Ian et vous obtiendrez ce roman.

Plusieurs jours après ma lecture, je n’ai toujours pas compris ce livre. Il est d’une platitude à faire peur.

Les personnages ne sont que des ratés sans aucune volonté. Tels des moutons, ils agissent comme ils pensent devoir le faire alors qu’ils pensent le contraire. Aucun rebondissement ne vient réveiller l’histoire.

La couverture trouve son explication dans l’histoire et sincèrement, je ne sais pas si je dois être écœurée ou blasée. Chris Killen a peut-être voulu montrer que les apparences peuvent être trompeuses mais à quel prix. La perte de son lecteur ? En tout cas, il m’a perdu dans les premières pages.

Je me suis accrochée jusqu’au bout, persuadée qu’un sursaut allait venir réveiller l’histoire mais en vain. Tout du long, ça n’a été qu’une succession de scènes sans consistance ni intérêt. L’auteur a cru bon de détailler certaines choses qui en plus de ne rien apporter à l’histoire, m’ont retourné l’estomac. Comme si je n’étais pas assez découragée par ce que je lisais.

Tant qu’on rêve encore est une vraie déception. Je n’ai vraiment pas compris l’intérêt de ce livre ni son but. Il m’a quand même permis de confirmer que les apparences sont trompeuses.

Une belle couverture ne fait pas forcément un bon livre.

Extrait du livre

 

« 02:33

Un soir, alors que Paul était au travail, Lauren ouvrit son carnet de notes sur une page blanche et traça une ligne au milieu. POUR, écrivit-elle sur le côté gauche de la page, et CONTRE sur le côté droit. Elle regarda longuement la colonne vide des POUR, la pointe de son stylo en suspens au-dessus du papier. Au bout de quelques minutes, elle reporta son attention sur les CONTRE.

Angoissé/Paranoïaque, inscrivit-elle presque aussitôt.
Mauvaise haleine
Ne planifie jamais rien
Prétentieux
Dépourvu d’imagination
Travaille dans un bar
Ne m’a jamais procuré d’orgasme

Puis elle s’arrêta, submergée par une culpabilité soudaine, comme si Paul se tenait juste par-dessus son épaule. Elle revint à la colonne POUR et considéra le rectangle vide. Elle tapota le bout mordillé de son stylo contre ses dents de devant et regarda le minuscule salon de leur deux pièces-terrase en location pour trouver de l’inspiration: le poster encadré d’A bout de souffle choisi par Paul, le tapis Ikéa rouge inaspirable, et un peu plus bas cette énorme bougie couleur crème, qui n’avait jamais été allumée.
Ne me tromperait jamais, finit-elle par écrire. »

 

Note de Marine

1
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s