Rien ne s’opppose à la nuit de Delphine de Vigan

 

 

 

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.

                 

  • Rien ne s’opppose à la nuit de Delphine de ViganMachine-à-écrire-500
  • Parution en août 2011
  • Editions Jean-Claude Lattès
  • 190 pages

 

 

 

Avis de Camille
ne fois encore, c’est d’un audiolivre dont je vous parle aujourd’hui ! Contrairement aux articles précédents (Millénium 1 et Jane Eyre), il s’agit d’un audiolivre dans son sens le plus strict : on écoute quelqu’un lire le livre et c’est tout.
Enfin, c’est tout certes mais dans le cas de Rien ne s’oppose à la nuit c’est amplement suffisant. La plume de Delphine de Vigan est magnifique et m’a beaucoup touchée. La lecture de Marianne Epin est juste et sensible. Bref, un régal de long en large !
Du côté de l’histoire, Delphine de Vigan nous raconte la vie de sa mère, Lucile, jusqu’à son suicide en 2008. Une vie qu’elle a menée tant bien que mal malgré de nombreux drames et en lutte permanente contre ses démons intérieurs.
L’auteure s’est entretenue avec la plupart des personnes ayant côtoyé Lucile (c’est ainsi qu’elle la nomme tout au long du roman) de près ou de loin afin de retracer la vie de sa mère de façon la plus neutre possible. Cependant, Delphine de Vigan n’hésite pas à partager son propre point de vue sur certaines situations. Elle nous livre aussi ses peines, ses doutes et ses difficultés pour retranscrire certains passages, ne voulant pas trahir ses proches mais avant tout ne voulant pas trahir sa mère ou elle-même.
On aurait pu craindre justement que ce livre prenne une tournure de thérapie personnelle pour surmonter un deuil. C’est un peu le cas, mais en même temps c’est bien plus que ça. C’est une famille en entier qui nous est dépeinte sans concession. Une famille qui malgré les drames a toujours su se relever et continuer d’avancer.
C’est un livre magnifique, que la lecture de Marianne Epin a superbement mis en valeur. Un vrai coup de coeur.

Extrait du livre

 

« Parfois je rêve que je reviens à la fiction, je me roule dedans, j’invente, j’élucubre, j’imagine, j’opte pour le plus romanesque, le moins vraisemblable. J’ajoute quelques péripéties, m’offre des digressions, je suis mes chemins de traverse, je m’affranchis du passé et de son impossible vérité.
Parfois je rêve au livre que j’écrirai après, délivrée de celui-ci. « 

 

Note de Camille

coup de coeur
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s