Les derniers jours de Rabbit Hayes de Anna McPartlin

 

 

 

Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre. Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu’elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l’espoir de la sauver s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant. Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage.

                 

  • Les derniers jours de Rabbit Hayes de Anna McPartlinMachine-à-écrire-500
  • Parution en février 2016
  • Edition Cherche midi
  • 464 pages

 

 

 

Avis de Marine

Il y a les livres que l’on dévore, tellement pressés que nous sommes de découvrir ce qui va être réservé aux personnages. Et il y a ceux que l’on ne peut pas lire avec empressement. Pas par manque d’envie mais tout simplement pour ne pas précipiter la fin inéluctable du livre, bien sûr, mais aussi du/des personnage(s).

Les derniers jours de Rabbit Hayes fait partie des livres que l’on ne peut pas lire avec avidité parce que l’on connaît la fin avant même d’avoir commencé le livre.

Mya «Rabbit » Hayes est la mère fière et heureuse d’une adorable fillette de 12 ans prénommée Juliet. Elle est aussi la meilleure amie de Marjorie depuis l’enfance. Sa famille est composée de Jack et Molly, ses parents et de Grace et Davey son frère et sa sœur. A ce petit monde s’ajoute encore d’autres personnes tout aussi attachantes que vous découvrirez bien vite.

Rabbit est très entourée mais ça ne fait pas tout.

Le cancer du sein qu’elle pensait pouvoir vaincre est en train de gagner le combat. Pour tout vous dire, il a déjà gagné. Il ne reste que quelques jours à vivre à Rabbit.

Le compte à rebours est lancé et rien ne pourra l’arrêter. Même pas nous pauvre lecteur qui en refermant son livre pense pouvoir stopper le temps. Parce qu’une fois que nous avons fait la connaissance de Rabbit et de ses proches, il nous est impossible de les laisser.
Les derniers jours de Rabbit Hayes ne nous raconte pas la souffrance et le délabrement du corps face à la maladie. Ce livre nous raconte la vie, telle qu’elle est avec ses bons et ses mauvais côtés. Personne n’a le choix, il faut affronter ce qu’elle nous impose.
Les derniers de jours que j’ai pu vivre avec Rabbit au travers de ses souvenirs et du regard de sa famille étaient touchants et poignants mais aussi vrais et beaux.

La douleur ne prends pas le pas sur la réalité. Tous les personnages de ce livre sont confrontés à la même vérité. Rabbit va mourir et eux vivre… En conséquence ils vont devoir apprivoiser leur peine et tenter d »envisager l’avenir sans celle qu’ils aiment tant.

Rabbit s’évade autant que possible dans ses souvenirs de jeunesse où elle retrouve Johnny, son premier et unique amour. Mais aussi sa famille et ses amis. On fait la connaissance de la jeune fille forte et déterminée qu’elle était et qui ne s’en laisse pas conter. On ne peut qu’aimer cette personne. Celle qu’elle était et celle qu’elle est devenue.

Les pages comme les jours se sont écoulés à une vitesse ahurissante. J’ai été obligée de faire des pauses de quelques minutes à de nombreuses reprises pour ne pas me laisser submerger par les émotions que m’ont procuré ce livre.

Quand je parle d’émotions, je ne parle pas uniquement de tristesses et de larmes. Je parle aussi de sourires et même de rires. Parfois le rire se mêlait à mes larmes. Et puis la seconde d’après l’un des deux prenait l’ascendant sur l’autre…

Tel est le talent de Anna McPartlin.

Les derniers jours de Rabbit Hayes est un livre qui me marquera très longtemps. Pour ne pas dire toujours. Et Rabbit ne quittera certainement jamais le petit recoin de ma tête où elle a trouvé sa place depuis ma rencontre avec elle…

Extrait du livre

 

« Elle n’était pas en colère, ni même si frustrée que ça. Elle n’éprouvait ni peur ni appréhension. Elle n’était pas amère ni rancunière. Elle était simplement triste de devoir quitter les gens qu’elle aimait le plus au monde, surtout sa fille. Elle s’était longtemps battue, mais elle savait bien qu’elle ne pouvait pas continuer. C’était dur de devoir dire adieu à la vie, avec ses hauts et ses bas, et à tout ce qui la rendait belle. »

 

Note de Marine

coup de coeur
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s