Jane Eyre de Charlotte Brontë

 

 

 

Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l’Angleterre victorienne et à trouver l’amour… Une héroïne qui surmonte les épreuves sans perdre foi en son avenir, une intrigue où se succèdent mystères et coups de théâtre, une passion amoureuse qui défie tous les obstacles : le plaisir de lire Jane Eyre est toujours aussi vif. Comme elle, on veut croire que rien n’est écrit d’avance et que la vie réserve des bonheurs imprévus.

                 

  • Jane Eyre de Charlotte BrontëMachine-à-écrire-500
  • Parution en 1854
  • Editions Le Livre de Poche
  • 544 pages

 

 

 

Avis de Camille

Une fois encore j’ai écouté ce livre plutôt que de le lire.

Je vous parlais il y a quelques temps de l’audiolivre Millénium 1 qui m’avait enchantée bien que je mettais un petit bémol sur le fait qu’on perdre la trace de l’auteur dans la mise en scène. Je pense que c’est ce qu’il s’est passé avec Jane Eyre. La qualité de l’audiolivre est indéniable mais je crois que ce format correspond moins aux grands classiques qui sont restés dans l’histoire en grande partie grâce aux talents de leur auteur.

Je ne suis jamais vraiment rentrée dans l’histoire : Jane Eyre est une orpheline, pauvre et sans beauté qu’une tante a « recueillie » bien qu’elle la considère plutôt comme une domestique. Elle est placée dans un orphelinat dans lequel elle restera jusqu’à ses dix-huit ans et qu’elle quittera pour aller exercer le métier d’institutrice dans une famille. Jane tombe amoureuse du père de son élève mais se voit contrainte de fuir pour résister à cet amour. Malgré tout, elle ne peut oublier Mr Rochester…
Je n’ai pas ressenti d’empathie pour Jane Eyre. Ni pour aucun autre personnage d’ailleurs. Pour moi, la relation de Jane avec Mr Rochester sonne faux. Les autres personnages sont sans saveur. Bref, je n’ai pas accroché et je me suis parfois ennuyée.

J’ai lu de nombreuses critiques plus enthousiastes les unes que les autres et ventant la plupart du temps la facilité de lecture et le style fluide de Charlotte Brontë. Je pense donc que ma déception vient du format audio qui ne rend pas suffisamment hommage à l’écriture de l’auteure.

Conclusion : j’ai bien l’intention de livre le livre en version papier pour ne pas rester sur une telle désillusion !

Extrait du livre

 

« – Vous avez froid, vous êtes malade et vous êtes sotte.
– Prouvez-le, rétorquai-je aussitôt.
– Je vais vous le prouver en peu de mots. Vous avez froid, parce que vous êtes seule; aucun contact ne fait jaillir la flamme qui est en vous. Vous êtes malade, parce que le sentiment le meilleur, le plus doux, le plus sacré que l’homme puisse éprouver vous est interdit. Vous êtes sotte parce que, vous ne lui ferez pas signe d’approcher, vous ne ferez pas un seul pas à sa rencontre, quelles que soient vos souffrances. « 

 

Note de Camille

2
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s