L’Analphabète qui savait compter de Jonas Jonasson

 

 

 

Née à Soweto pendant l’apartheid, Nombeko Mayeki commence à travailler à cinq ans, devient orpheline à dix et est renversée par une voiture à quinze. Tout semble la vouer à mener une existence de dur labeur et à mourir dans l’indifférence générale. Mais c’est sous-estimer le destin… et le fait qu’elle est une analphabète qui sait compter – deux facteurs qui la conduisent loin de l’Afrique du Sud et la font naviguer dans les hautes sphères de la politique internationale. Durant son périple, elle rencontre des personnages hauts en couleur, dont deux frères physiquement identiques et pourtant très différents. Nombeko réussit à se mettre à dos les services secrets les plus redoutés au monde et se retrouve enfermée dans un camion de pommes de terre. C’est à ce moment-là que l’humanité est menacée. Dans son deuxième roman, Jonas Jonasson s’attaque avec humour aux préjugés et au fondamentalisme sous toutes ses formes. Il démolit une bonne fois pour toutes le mythe selon lequel les rois ne tordent pas le cou des poules.

                 

  • L’Analphabète qui savait compter de Jonas JonassonMachine-à-écrire-500
  • Parution en octobre 2013
  • Editions Presses de la Cité
  • 475 pages

 

 

 

Avis de Camille
Comme pour son premier roman, Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson fait dans le loufoque et le comique avec son histoire d’Analphabète qui savait compter. La promesse est ambitieuse, j’avais adoré l’histoire et le personnage principal si attachant.
J’ai commencé une première fois L’Analphabète qui savait compter au moment de sa sortie mais je l’ai rapidement abandonné faute de temps et d’envie, d’autres livres me tentaient plus. J’aurais du y voir un signe !
La trame de l’histoire est semblable à celle du premier livre : nous assistons à la fuite du personnage principal avec l’intervention plus ou moins positive de personnages secondaires.
Tous les personnages ont des destins hors du commun : Nombeko la jeune Sud-Africaine née dans la misère au moment de l’apartheid et dont le seul rêve est de visiter une bibliothèque, l’ingénieur qui ne connaît rien à la bombe atomique qu’il doit fabriquer, les jumeaux suédois que les parents ont déclaré comme un seul enfant à la naissance, les sœurs chinoises dont la spécialité est la fabrication de statues antiques, le roi de Suède qui rêvait d’être mécanicien, etc.
L’histoire est aussi déjantée que les personnages qui la portent mais avec moi la magie n’a pas eu lieu. Je me suis presque ennuyée à certains moments. Je voulais savoir ce qui allait se passer mais pour autant je ne me suis pas amusée autant que je le pensais… Bref je suis déçue. L’histoire est sans saveur et les rebondissements à la fois trop nombreux et prévisibles. Seul le dernier tiers du livre relève un peu l’ensemble, mais ne sauve pas tout.Peut-être que le nouveau roman de Jonas Jonasson sera meilleur ? J’hésite à me lancer, ma lecture de ce livre m’a bien refroidie…

Extrait du livre

 

« Elle avait déjà lu les livres et les connaissait par cœur, mais elle trouvait la simplicité de leur aspect réconfortante. A l’inverse de la simplicité de ses collègues, qu’elle trouvait affligeante. « 

 

Note de Camille

2
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s