Wallbanger de Alice Clayton

 

 

 

Caroline a un fantastique nouvel appart’ à San Francisco, un KitchenAid, mais pas d’O (et on ne parle d’Oprah là hein). Elle a une belle carrière de designer d’intérieur, un bureau qui donne sur la baie, une recette de pain Zucchini à se damner, et toujours pas d’O. Elle a Clive à ses côté (le chat le cool du monde), de supers amis, un super lit, mais pas d’O.

En plus de cette insulte d’être une sans-O, depuis qu’elle a déménagé elle doit se taper la nuitun voisin hyper bruyant, du genre à faire claquer le lit sur le mur. Chaque soupir, fessée et -était-ce vraiment un miaulement ?- lui rappelle que non seulement elle ne dort plus, mais qu’en plus, vous avez compris, elle n’a toujours pas d’O.

Entre alors en scène Simon Parker (non vraiment Simon entre, je t’en prie). Lorsque les murs tremblants menacent de pratiquement la faire tomber de son lit, Caroline, drapée de sa frustration sexuelle et d’une petite nuisette rose fait face à son voisin tant-entendu-mais-jamais-vu. Leur rencontre nocturne dans le couloir, aura, eh bien, des conséquences diverses. Hmmm… Avec des murs aussi fins, la tension sera palpable…

                 

  • Wallbanger de Alice Clayton Machine-à-écrire-500
  • Parution en janvier 2016
  • Editions J’ai lu
  • 446 pages

 

 

 

Avis de Marine

Dès que j’ai entendu parler de Wallbanger, j’ai voulu le lire. La couverture, le résumé et les nombreux avis positifs m’ont fait saliver. La passionnée de romance que je suis n’a pas pu résister longtemps avant de l’acheter et de le lire.

Caroline, jeune designer d’intérieur, vient d’emménager dans son nouvel appartement de San Francisco. Après une journée harassante passée à agencer son nid douillet, Caroline ne pensait pas que sa première nuit serait perturbée par les bruyantes parties de jambe en l’air du voisinage.

Ce tapage nocturne ne manque pas de rappeler à la jeune designer que Monsieur O (comprenez Orgasme) n’a pas déserté tout le monde.

La nuit débridée est en fait à conjuguer au pluriel. Son voisin (le judas de la porte est vraiment idéal pour épier en toute discrétion) et son harem semblent prendre un malin plaisir à maltraiter le mur communicant de leurs chambres et le sommeil de Caroline par la même occasion.

Frustrée et épuisée, Caroline est bien décidée à mettre les points sur les I avec le «Cogneur de murs » comme elle l’a surnommé avec ses meilleures amies Sofia et Mimi. Mais en allant frapper à la porte de son voisin, elle ne s’attendait pas à rencontrer un aussi beau spécimen masculin tout juste habillé.

La rencontre entre le cogneur de murs, et Caroline est hilarante. Le ton est donné dès la première rencontre.

Quelques jours plus tard, en compagnie de Mimi et Sofia, la designer se rends à la crémaillère de sa patronne et amie. Elle va avoir la surprise d’y retrouver son charmant voisin.

L’occasion idéale pour Caroline et Simon (le cogneur de murs a un prénom !) d’instaurer une trêve.

Ce cessez-le-feu va leur réserver bien des surprises. On apprends à connaître Simon en même temps que Caroline et ce que nous découvrons est tout sauf désagréable. Sous ses airs de don-Juan, Simon est calme, attentionné et bourré d’humour. Une amitié sincère s’installe entre les deux.

Les moment qu’ils passent ensemble sont exquis. Je ne compte pas le nombre de sourires et de rires que les deux voisins m’ont soutirés. Caroline et ses histoires avec Monsieur O sont hilarantes.

Au fil des pages, l’amitié va céder la place à l’amour. Mais rien n’est précipité et j’ai trouvé ça très appréciable. La bascule se fait tout doucement même si l’attirance entre Caroline et Simon est indéniable, ce qui donne lieux à des échanges adorables.

Les personnages secondaires font parti intégrante de l’histoire. Clive le chat et les amours contrariés de Sofia et Mimi complètent à merveille cette romance à l’humour décapant.

J’ai passé un très bon moment avec Wallbanger. Je n’ai pas vu les pages se tourner. Pour vous donner un aperçu, je l’ai commencé un dimanche matin et je l’ai terminé dans la même journée.
Bon, je dois quand même reconnaître que je n’ai pas totalement succombé au charme de Simon, je l’ai trouvé un peu trop « gentil » mais ça ne l’empêche pas d’être un parfait book-boyfriend.

Extrait du livre

 

« Je me réveillai plus rapidement cette fois, et parce que je savais ce que j’entendais je m’assis dans mon lit, jetant un regard noir au mur derrière moi. Mon lit était toujours écarté du mur par mesure de précaution, donc je ne sentis aucun mouvement. Mais c’était sur et certain que quelque chose bougeait de l’autre côté.
Puis j’entendis… quelqu’un cracher?
Je regardai Clive, dont la queue était gonflée à mort. Il fit le dos rond et commença à marcher de long en large au pied du lit.
« Hey Monsieur, tout va bien. On a juste un voisin bruyant, c’est tout. » je le calmai, en tendant ma main pour le toucher. C’est à ce moment là que je l’entendis. « Miaou ».
Je penchai ma tête sur le côté, écoutant avec plus d’attention. J’étudiai Clive, qui me regarda d’un air de dire « c’était pas moi. »
« Miaou! Mon Dieu. Mi-Aou! »
La fille d’à côté était en train de miauler. Mais qu’est-ce que mon voisin pouvait bien lui faire pour que ça arrive? Clive, à ce stade, réagit comme un dingue et se lança contre le mur. Il était littéralement en train de grimper au mur, essayant d’aller là d’où venait le bruit, ajoutant ses propres miaulements à la chorale.
« Ohhh, oui, comme ça, Simon…. Mmmm… Miaou, miaou, Miaou! »
Mon Dieu, il y avait des chats hors de contrôle des deux côtés de ce mur ce soir. »

 

Note de Marine

4
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s