Temps Glaciaires de Fred Vargas

Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur la table, s’inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l’œil cette nuit, une de ses sœurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment. – le femme du 33 bis ? demanda t’il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m’emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D’après les rapports internes il s’agit d’un suicide avéré. Tu as des doutes ? Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur, grand fumeur, grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c’était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à 100 ans. – Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait les tiques ?

glaciaire

Avis de Camille

 

L’histoire démarre par la mort d’une vieille dame à son domicile. Le commissaire Bourlin ne croit pas à la thèse du suicide bien que tout indique qu’Alice Gauthier s’est donné la mort. Le commissaire faire appel à son collègue Adamsberg et à son adjoint Danglard afin d’en savoir plus sur le signe trouvé près du corps.Ils découvrent alors qu’une vague d’assassinats maquillés en suicides est en cours, et il y a toujours ce signe récurrent sur toutes les scènes de crimes.

L’enquête démarre se prend rapidement le chemin de l’Islande puis celui de la Révolution Française sur les traces de Robespierre à travers une association de reconstitution d’évènements historiques.

La (grosse) partie sur la Révolution Française notamment est assez pointue. Ça rend la compréhension de l’histoire plus « floue » quand on n’y connait
pas grand chose comme c’est mon cas. Ça m’a un peu obligée à faire
quelques recherches, ce qui ne m’a pas fait de mal je dois l’avouer !

Il est plutôt difficile de suivre tous les personnages. Ils sont nombreux : les collègues, les amis, les victimes, les suspects, les témoins, etc. De plus, ils sont parfois appelés par leur nom parfois par leur prénom donc ce n’est vraiment pas évident tout le temps.

Le récit traîne en longueur à certains moments et j’ai eu des difficultés avec quelques tournures de phrases au point de devoir les relire pour être sûre de bien comprendre. Ceci dit le style de Fred Vargas est toujours un régal, notamment dans la construction de l’intrigue.

J’apprécie le fait qu’Adamsberg ne soit pas un super-flic qui résout les énigmes en 10 minutes. On galère avec lui et son équipe.

Sans rien dévoiler, la fin est rapide et pour ma part presque inattendue. En fermant le livre et en regardant en arrière, je pense que je n’aurais jamais trouvé le coupable, mais peut-être ne suis-je pas assez friande de romans policiers pour le faire ?

En conclusion, Fred Vargas reste une valeur sûre du roman policier bien que je ne pense pas que Temps Glaciaires constitue sa plus grande réussite.

 

Extrait du livre

 

« Il vaquait, marchait sans bruit, il ondulait entre les bureaux, il commentait, arpentait le terrain à pas lent, mais jamais personne ne l’avait vu réfléchir. Il semblait aller tel un poisson à la dérive. Non un poisson ne dérive pas, un poisson suit son objectif. Adamsberg évoquait plutôt une éponge, poussée par les courants. Mais quels courants ? D’ailleurs d’aucuns disaient que, quand son regard brun et vague se perdait plus encore, c’était comme s’il avait des algues dans les yeux. Il appartenait plus à la mer qu’à la terre. « 

 

Note de Camille

 3.gif
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s